Projet d'établissement : Un enseignement de qualité

Tout se joue avant six ans ! La section maternelle est un lieu d'apprentissages multiples, ayant pour objectif de développer les potentiels intellectuels, affectifs, sociaux et moteurs des enfants.

Le jeu reste le principal moteur de l'action pédagogique. L'accès à l'autonomie est progressivement facilité. La section maternelle accorde également une grande importance à la psychomotricité.

La section primaire accorde au fil des années une part de plus en plus large au travail intellectuel tout en maintenant un équilibre suffisant avec les activités manuelles, sportives et artistiques. On apprend à chacun à développer son intelligence, à exécuter, à réfléchir, à inventer, à créer, à s'épanouir aussi bien dans le cursus scolaire que dans la vie de tous les jours.

Le premier degré de l'enseignement secondaire est appelé commun, car dans l'ensemble il est articulé selon des principes fondamentaux communs à tous les établissements. A l'Athénée Royal de Waremme il constitue la première pierre d'un édifice dans lequel on ne dispense que de l'enseignement général. Le premier degré se compose de classes homogènes de latine ou de moderne.

Aux deuxième et troisième degrés, un maximum de choix de grilles est offert aux élèves.

Le souhait de l'équipe éducative reste toutefois de constituer, autant que faire se peut, des groupes classes au sein desquels les élèves choisissent obligatoirement le volume horaire maximum des cours en rapport avec l'orientation choisie.

Cette volonté d'exiger le maximum se traduit aussi dans l'obligation qu'ont tous les élèves sauf lorsque le volume hebdomadaire ne le permet pas au troisième degré de suivre de la troisième à la sixième année les cours de première et deuxième langues modernes à raison de 4 heures par semaine pour chacune.

Actions propres à la section fondamentale

  • Proposer des activités qui permettent d'éveiller l'intérêt et la curiosité de l'enfant. Ces activités lui donneront l'envie de se dépasser et donneront du sens aux apprentissages.
  • Placer l'enfant au centre de situations qui mobiliseront ses connaissances ainsi que les compétences à acquérir. En axant les apprentissages sur les projets concrets de l'élève, sur son environnement, on créera le plaisir d'apprendre.
  • Exploiter les outils tels que : logiciels de français, mathématique ; traitement de texte ; logiciels de mise en page à l'atelier informatique. L'informatique devient alors outil d'apprentissage, de remédiation, de communication et de dépassement en soi.
  • Utiliser régulièrement le dictionnaire en classe, ainsi que les ouvrages de référence (encyclopédies) disponibles à la bibliothèque.

Actions propres à la section secondaire

Pour bien se préparer à l'enseignement supérieur, la communication de savoirs ne suffit plus. Il faut aussi :

  • doter les élèves de savoir faire adaptés :
    • - en les formant à la recherche personnelle d’informations via, par exemple, l’utilisation des bibliothèques de classe, de la bibliothèque centrale, de la médiathèque ou du Centre cyber médias.
    • - en leur apprenant à réaliser des travaux personnels, par exemple, un travail de synthèse en fin d’année dans certains cours du troisième degré.
  • Favoriser une orientation adéquate :
    • - En utilisant les résultats scolaires successifs pour guider l’élève dans le choix de ses options.
    • - En organisant des séances d’informations auxquelles sont invités parents et élèves, avant le passage au deuxième et au troisième degré.
    • - En demandant à des organismes divers (C.P.M.S., Université de Liège, Hautes écoles) de présenter les études supérieures par le biais de séances d’informations destinées aux rhétoriciens.
    • - En visitant le salon européen de l’étudiant (Bruxelles) ou le salon SIEP (Liège).
    • - En autorisant, conformément aux dispositions décrétales, les élèves de rhétorique qui en font la demande, à participer, durant le temps scolaire, à des activités d’immersion dans l’enseignement supérieur.
  • Préparer les élèves à subir des épreuves orales, et ce plus particulièrement au troisième degré : en cinquième année les élèves sont interrogés oralement en décembre ou en juin dans les matières principales relevant de leur choix optionnel.  En sixième année, tous les examens sont oraux en juin.

Objectif : visiter à nouveau un salon de l’étudiant avec les élèves de quatrième année, afin de les amener à réfléchir au choix des options du 3ème degré. 

Copyright @ arwaremme.be . All rights Reserved.